Stress, émotions et santé: où en sommes nous?

Dr Nathalie Rapoport-Hubschman

Esprit vagabond et vieillissement cellulaire

Dans un billet précédent, j’avais résumé les résultats d’une étude extrêmement intéressante qui montrait que le fait de ne pas être centrés sur ce que nous faisons mais de laisser notre esprit battre la campagne ne nous rendait pas heureux.

Pouvons-nous aller plus loin et envisager qu’être présent, conscient de ce que nous sommes en train de faire, sans nous laisser distraire par des pensées parasites soit, en plus d’être bénéfique à notre santé mentale, également un facteur qui influence notre santé physique ?

C’est ce que vient d’affirmer une équipe californienne. 

Elizabeth Blackburn, qui a reçu le prix Nobel de médecine en 2009, travaille en étroite association avec une équipe de psychologues. Ensembles, ils poursuivent une ligne de travaux fascinants et s’interrogent sur les liens existant entre des propriétés de notre esprit telles que l’attention ou la pleine conscience et la santé, notamment la longévité de nos cellules . (Voir méditation et santé ainsi que le chapitre VIII de « Apprivoiser l’esprit, guérir le corps »).

Leur dernière étude, qui porte sur 239 femmes en bonne santé âgées de 50 à 65 ans, montre que le fait d’avoir fréquemment l’esprit qui « bat la campagne » ainsi que d’être occupées par des pensées négatives est lié de façon très significative à la longueur des télomères, ces capuchons protecteurs des chromosomes qui seraient à l’œuvre dans des mécanismes impliqués dans de nombreuses maladies. Dans cette étude, les femmes qui décrivaient être centrées sur le présent et dont l’esprit avait le moins tendance à vagabonder avaient des télomères significativement plus long (ce qui est une bonne chose) que les femmes dont les pensées étaient fréquemment tournées vers d’autres sujets que ce à quoi elles étaient occupées.

Cette étude apporte encore une pierre supplémentaire à l’ensemble des travaux qui nous permettent d’affirmer qu’il y a bien un lien important entre ce qui se passe dans notre tête et ce qui se produit dans notre corps.

Chromosomes et télomères deviendront-ils bientôt des termes incontournables en psychologie ?

E. S. Epel, E. Puterman, J. Lin, E. Blackburn, A. Lazaro, W. B. Mendes. Wandering Minds and Aging Cells.Clinical Psychological Science, 2012 S. Epel, Eli Puterman, Jue Lin, Elizabeth Blackburn, Alanie Lazaro, Wendy Berry Mendes, (2012).

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le novembre 27, 2012 par dans Bonheur, Pleine conscience, Psychologie positive, Stress, et est taguée , , , .
%d blogueurs aiment cette page :