Stress, émotions et santé: où en sommes nous?

Dr Nathalie Rapoport-Hubschman

Se débarrasser des pensées indésirables en les jetant à la poubelle?

stock-photo-mans-hand-throwing-crumpled-paper-into-a-silver-wire-mesh-trash-bin-72128776

Nous accordons souvent trop d’importance à ce qui nous traverse l’esprit. Nous avons tendance à voir nos pensées comme un reflet de notre « vrai » moi, de notre réelle personnalité. Il nous est difficile d’envisager que les pensées ne seraient qu’une production de notre cerveau, production souvent importante et utile (lorsqu’elle nous aide à résoudre des problèmes, à avancer), mais parfois déplacée et superflue (pensées répétitives qui nous mettent en échec du type : je n’y arriverai jamais, je suis nul).

Apprendre à prendre de la distance par rapport à ce type de pensées automatiques et négatives n’est pas facile. Cela demande des efforts, de la persévérance, et comme toute nouvelle chose que nous apprenons, beaucoup de pratique. Certains passent des semaines, voire des mois en thérapie pour tenter de maitriser de telles pensées.

Il existe de nombreuses approches et techniques qui peuvent nous aider à identifier, canaliser, décentrer, à laisser filer ou apprivoiser nos pensées. 

Une étude récente nous montre qu’il pourrait être intéressant d’imaginer nous débarrasser de ces pensées qui nous dérangent en visualisant par exemple que nous les effaçons de notre ordinateur, ou les écrivons sur une feuille de papier et les mettons à la poubelle. Ce qui est encore plus intéressant, et qui peut laisser perplexe, c’est que si on fait cela réellement et pas seulement en imagination (écrire les pensées qui nous dérangent sur une feuille puis la mettre à la poubelle) cela serait encore plus efficace.

Je proposais déjà à mes patients de concentrer leurs périodes de rumination et de ne broyer du noir que pendant 15 mn, le matin ou le soir; d’imaginer mettre leurs pensées automatiques et négatives sous clef.

Il est peut-être temps de passer à l’étape suivante et de leur demander de détruire activement les pensées négatives, en les écrivant noir sur blanc puis en les jetant à la poubelle.

Ce ne serait finalement qu’une preuve supplémentaire de la puissance des métaphores.

Treating Thoughts as Material Objects Can Increase or Decrease Their Impact on Evaluation Psychological SciencePsychological Science, 2012 DOI: 10.1177/0956797612449176

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le décembre 19, 2012 par dans Bonheur, Pleine conscience, Psychologie positive, et est taguée , , .